Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Séminaires / Septembre 2018

Septembre 2018

Mardi 04/09/2018

11H00

Salle IBCP conf

« Molecular imaging of microRNAs expression in various in-vivo and in-vitro models for anticancer cell therapy and skin biology applications. »

Patrick BARIL  (Centre de Biophysique Moléculaire d’Orléans (CBM))

Invité par J. Lamartine

 

Depuis la découverte des microARNs (miRNAs) au début des années 2000, la compréhension du mode de régulation génique exercé par cette classe d’ARN non codant ne cesse de progresser. Les données récentes indiquent que les miRNAs suivent eux-mêmes un programme d’expression complexe, lié à la nature même de leur mode de régulation dynamique, spatiale et temporelle qui est difficile à intégrer dans les modèles d’études in vitro et in vivo. Au laboratoire, nous avons développé une sonde d’imagerie bioluminescente appelée RILES pour « RNAi-Inducible Luciferase Expression System » qui repose sur l’ingénierie moléculaire d’un vecteur d’expression inductible conçu de telle façon que la configuration ON/OFF de l’opéron soit directement placée sous contrôle d’un miRNA donné ; générant ainsi une signature d’expression bioluminescente de miRNAs. Nous avons montré que les données d’imagerie collectées dans des modèles de pathologies par le RILES apportent des informations nouvelles et pertinentes que les méthodes de détection conventionnelles des miRNAs (qRT-PCR) ne sont pas en mesure de collecter. Ces méthodes génèrent en effet des données globalisées assez éloignées de la réalité physiologique qui tiennent difficilement compte de l’aspect de régulation individuelle et temporelle des miRNAs. Nous exploitons actuellement le RILES pour des applications dans le cancer et plus récemment pour des applications en biologie cutanée et Cosmétique. Le projet appelé Valbiocosm pour « valorisation de la biodiversité en Région Centre Val de Loire » a été soutenu financièrement par l’appel à projet ARD2020, Cosmetosciences et porte sur l’innovation des procédés de production de matières premières végétales et biotechnologiques pour générer des métabolites secondaires à fort rendement qualitatif et quantitatif. Nous avons placé le RILES au centre de ce projet et l’exploitons comme plateforme de criblage cellulaire pour identifier de nouvelles structures bioactives impliquées dans la re-épithélialisation cutanée. Le miRNA 21.5p est placé au centre de cette stratégie de criblage pour son rôle majeur dans la phase de transition épithélio-mésenchymale ; un évènement clé de la re-épithélialisation cutanée. Nous avons identifié à ce jour 1 extrait naturel de plantes capable de moduler l’expression de ce miRNA et d’augmenter le potentiel migratoire des cellules kératinocytaires dans le modèle de cicatrisation in vitro ou « wound-healing ». Nos études en cours visent à décrypter les bases moléculaires et cellulaires sous-jacentes à cette régulation et à identifier la nature moléculaire des structures bioactives impliquées dans ce processus. Nous avons également implanté le RILES dans des systèmes d’expression à base de lentivirus pour établir la signature bioluminescente de miRNAs d’intérêt dans des modèles d’épidermes et de peaux reconstruites. Au cours de ce séminaire, je présenterai les principaux résultats générés avec le RILES et discuterai des applications qui sont actuellement exploitées à ce jour.

Lundi 10/09/2018

11H00

Salle de SdT CRC

« On quiescence genetics »

 

 

Benoît ARCANGIOLI (Institut Pasteur, Paris) 

Contact : Geneviève Fourel

 

Lundi 10/09/2018

11H00

Salle IBCP conf

“ ISOLDE: macromolecular model building comes alive ”

Tristan CROLL (Cambridge University, UK)

Invited by V. Chaptal

 

Vendredi 14/09/2018

11H00

Salle sous-sol

LR5 ENS

“ Self-reactive T cells : many shades of gray ”

 


Pr. Heather MELICHAR ( Département de Médecine, Université de Montréal)

Contact : yann.leverrier@inserm.fr

T cells function to eliminate abnormal or infected cells. They distinguish, with incredible specificity, self- from foreign-peptides, and there are multiple regulatory layers in place to prevent the generation and activation of T cells that bind with high affinity to self-antigens. However, interactions between T cells and self-peptide are required for the development of functional T cells in the thymus, their survival in the periphery, and their expansion in lymphopenic environments. These low-affinity Interactions do not cause overt T cell activation, but are implicated in the establishment of functional heterogeneity within the T cell compartment. The goal of our lab is to understand how subtle differences in self-reactivity influence T cell development and function. We approach this problem from a cellular perspective, studying how T cells communicate with support cells in the thymic microenvironment throughout their development and how these interactions influence their function in the peripheral lymphoid organs.

 

 


Lundi 17/09/2018

11h00

Salle SdT CRC

 

« Scratching beneath the surface of transcription factorDNA recognition »

 

Richard MANN (Columbia University)

Host: Samir Merabet

 

Mardi

18/09/2018
11h00

Salle SdT CRC

« Consequences of asexual reproduction in animals »


Tanja SCHWANDER (UNIL Lausanne)          

Contact : Marie Delattre

                                                                                                                                                                                                                                

 

Lundi
24/09/2018
11h00

Salle IBCP conf

 

“ A long-periodical expression of trj1, a key gene responsible for fungal temperature response, in the dimorphic fission yeast ”

 

 

 

Niki HIRAGA (National Institute of Genetics, Mishima, Japon)               

Invited by C. Lesterlin

Many fungi respond to environmental cues including light and temperature in order to regulate fungal development and behavior. The WC proteins are assembled in a white collar complex (WCC) that is the major transcription factor of the light response in fungi. Orthologs of the WC proteins are found in dimorphic fission yeast Schizosaccharomyces japonicus. Indeed, hyphae of Sz. japonicus show synchronous activation of cell division in response to light. Besides, thermal stimuli can induce the similar response under continuous darkness (Okamoto et al. 2013). When temperature cycles (30°C for 12 h and 35°C for 12 h) were applied, distinct dark- and bright-colored stripes of hyphae were formed on an agar plate. We identified a key gene for the temperature response in our knockout gene library of Sz. japonicus. The gene, trj1, encodes a 63 kDa protein including the BTB/POZ domain, which is involved in protein-protein interaction. Orthologs of trj1 are broadly conserved in the kingdom Fungus alone. We analyzed the expression of tri1 after the temperature stimuli. Interestingly, tri1 showed a long-period change in the gene expression. After temperature shift-up, transcription started to increase mRNA of trj1, reached a maximum level after 18 h, and finally got back after 36 h. The regular expression patterns of trj1 were observed between 25°C and 35°C, suggesting the regular expression is temperature-compensated. Although the gene expression changed for over a day, the regular expression pattern of trj1 oscillated with 24 hours period during the temperature cycles. Both light and temperature, which are daily external cues, have the same effect on growing hyphal cells in Sz. japonicus. The dual sensing mechanism of external signals allows the organism to adapt to daily changes of environmental alteration.

Reference

Okamoto S, Furuya K, Nozaki S et al. Synchronous activation of cell division by light or temperature stimuli in the dimorphic yeast Schizosaccharomyces japonicus. Eukary Cell 2013, 12: 1235–43.

Mots-clés associés :